Le numérique, outil de visibilité et de promotion des artistes ultramarins ?

Depuis vingt ans Karine Lagrenade est attachée de presse et de production pour les artistes ultramarins sur les marchés national et Outre-mer. Selon elle, le numérique donne une visibilité plus grande à l’artiste et à son œuvre. – Texte Willy Gassion – Photo Sara Kurfess via Unsplash 

Karine Lagrenade © Lou Denim

En tant qu’attachée de presse, quel impact a le numérique dans la façon dont vous exercez votre métier ?

Karine Lagrenade : Le numérique a une place privilégiée dans l’élaboration du plan de communication que je propose pour la promotion des artistes puisque leurs musiques et leurs vies au quotidien sont aujourd’hui beaucoup plus accessibles sur leurs propres réseaux que via les médias classiques.

« Il existe une multitude de plateformes, d’applications ou de logiciels qui aident à travailler la visibilité d’un artiste, et permettre ainsi au public d’accéder à plus informations. »

Autre point positif, le numérique a permis de faire émerger dans la communication, de nouveaux métiers complémentaires à celui de l’attachée de presse.

Quels avantages représente le numérique pour les artistes de la musique ?

Le numérique offre un contenu plus innovant et moins figé que le papier. Il permet des mises en avant de façons originales pour toucher et agrandir la famille des fans.

Depuis le confinement, on assiste à la poussée des contenus payants avec la création de multiples plateformes qui permettent à l’artiste d’être rémunéré sur sa prestation. Cela passe soit par les plateformes avec un accès payant soit par des annonceurs qui financent la diffusion.

Pour la dernière Fête de la musique, la Région Guadeloupe et des investisseurs ont rémunéré des artistes pour qu’ils soient vus sur le digital puisqu’il n’y a plus d’accès aux concerts publics.

« Le digital favorise la visibilité de l’artiste et la diffusion de son œuvre, c’est aussi pour l’artiste une source de revenus. »

Aujourd’hui, la musique ne se vend plus comme avant, il a fallu s’adapter aux nouvelles exigences technologiques et le streaming en fait partie.

Le digital offre-t-il à nos artistes antillo-guyanais la visibilité que les médias nationaux ne leur offrent pas ?

Clairement oui ! Les artistes peuvent bénéficier d’une audience plus large sur le digital que sur un média classique. Pour la sortie de son 1er album, Saïna Manotte a fait de chez elle un show case piano-voix qui lui a permis d’avoir une visibilité très large : en 24h elle a cumulé plus de 80 000 vues grâce à la participation de plusieurs médias.

Ewag est d’ailleurs un partenaire qui nous permet de donner plus de visibilité à nos artistes. Pour ses 40 ans, Kassav s’est associé à Ewag pour la réalisation de vidéos des artistes; la vidéo de Jacob Desvarieux a fait plus d’un million de vues. La communication digitale pour la promotion musicale antillo-guyanaise est primordiale.

A lire aussi
Hey Bony, l’ère d’un nouveau son
ExpéKa, un sextet engagé mêlant jazz, hip-hop et gwoka
Moun Isidan : Meryl & Maurane

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.