L’artiste toli toli, Rencontre avec Minia Biabiany

Le travail de l’artiste plasticienne Minia Biabiany est un parcours jonché de fil et de coton. C’est une invitation à traverser les espaces, les récits et à percevoir les indices laissés çà et là par l’artiste pour reconsidérer et se saisir de l’identité du territoire caribéen, de son histoire et des non-dits qui impactent encore aujourd’hui les corps, les terres et le quotidien des populations. – Texte Camille Brouillard 

Minia Biabiany - artiste guadeloupéenne
Minia Biabiany

De fil et de coton

Après une formation à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon à l’occasion de laquelle elle commence à travailler le fil et le coton, matériaux chargés du poids de l’histoire de l’esclavage propre à son territoire, Minia Biabiany, artiste guadeloupéenne née à Basse-Terre en 1988, s’installe entre le Mexique et la Guadeloupe – où elle assura des ateliers auprès des publics scolaires – et montre son travail notamment en Amérique Latine et en Europe.

Elle remporte le prix Sciences Po en 2019 avec la vidéo « Blue spelling, a change of perspective is a change of temporality » (2017) qui traite des séquelles et des conséquences encore visibles de l’utilisation du chlordécone dans les bananeraies débouchant sur la contamination durable des sols de Guadeloupe et de Martinique.

L’œuvre vidéo « Toli Toli » (« chrysalide de papillon » en créole) présentée à la Biennale de Berlin en 2018 marque, elle, un tournant dans sa pratique.

En se saisissant d’une comptine créole traditionnelle, elle entreprend de briser le silence et de poser les mots sur les choses enfouies, cachées. Pour mieux annihiler la honte et la peur et appréhender l’histoire avec vérité et fierté. 

extrait vidéo "Toli Toli" - Minia Biabiany
Toli Toli

Avancer, renaître

La renaissance c’est la possibilité d’être en lien avec soi-même, avec son territoire et de se réapproprier son corps et sa voix.

Au fil des œuvres et des installations, on puise alors dans les traditions guadeloupéennes – le créole comme source poétique, les techniques de tressage comme celle des nasses – et dans la charge des matériaux – le coton, la terre (que l’artiste a notamment disposée au sol dans une installation présentée au Magazin des horizons de Grenoble dans le cadre de l’exposition « J’ai tué le papillon dans mon oreille » en 2020) – la force de se confronter au silence de l’histoire et aux conséquences de l’assimilation française.

Le fil et les mots tissent un chemin, un récit. A lire, à sentir et à écouter. Rien d’étonnant alors à ce que le projet sur lequel travaille actuellement l’artiste soit la publication d’un livre d’art, publié aux éditions mexicaines Temblores, retraçant son parcours à travers les territoires, les œuvres et les récits. Un premier bilan de sa pratique artistique.

L’on pourra également retrouver le travail de Minia Biabiany à l’occasion du Prix Ricard 2021, pour lequel elle a été sélectionnée, et d’une exposition qui lui sera consacrée au centre d’art Les Tanneries à Amilly (Centre-Val de Loire) du 23 janvier au 14 mars 2021. 

Oeuvre Minia Biabiany

Camille Brouillard est chargée de programmation, spécialisée dans les Arts Contemporains.

Diplômée de Paris-Dauphine en management des organisations culturelles, elle a travaillé au Musée Pompidou à Paris avant de rejoindre la programmation Lille3000.

Actuellement en poste à la Direction de la Culture de l’Université Côte d’Azur, elle met en exergue les œuvres d’artistes femmes qu’elle rencontre sur son site : constellationsart.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.